Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de formation doctorale
Collège doctoral Sorbonne Universités

Marion Woytasik, enseignant-chercheur à l'IUT d'Orsay

Marion Woytasik est docteur de l’UPMC, issue de l’ED « Génie des procédés et haute technologie ». Depuis septembre 2006, elle est enseignant-chercheur à l’IUT d’Orsay. Elle a fait son doctorat à l’Institut d’électronique fondamentale où elle continue actuellement ses recherches dans le domaine des microcapteurs. Chimiste de formation, elle enseigne en électronique et en informatique. Elle donne quelques conseils aux futurs candidats au poste de maître de conférences.

"La première chose est de réfléchir à son projet professionnel,

et cela le plus tôt possible. Ce projet professionnel doit être cohérent avec ce que l’on veut faire. Très tôt je voulais enseigner, puis j’ai découvert la recherche. Pour moi, le métier d’enseignant-chercheur est donc le métier idéal car il implique la recherche et l’enseignement. Ensuite, manifestez clairement votre désir de devenir maître de conférences dans votre laboratoire, auprès de collègues enseignants et chercheurs, et également lors des diverses manifestations auxquelles vous êtes amener à participer lors de votre doctorat : conférences, journées de votre école doctorale, journée de groupement de recherche (GDR)… 

Suivez aussi des formations en accord avec votre projet professionnel !

Au cours de mon doctorat, j'ai suivi des formations proposées par le Centre d'initiation à l'enseignement supérieur (CIES –avec un lien vers la section Plein feu sur... sur le sujet--) : recherche documentaire, rédaction d’articles, animation de réunion, conseils pour mener à bien son enseignement, simulation d’audition de maître de conférences.

Un autre point capital est d’oser aller vers les autres,

de former son réseau, d'échanger les cartes de visites. Dans mon parcours, mon réseau, mes relations m’ont aidé pour trouver un projet doctoral tout d’abord, ensuite pour réussir à obtenir un poste d’ATER, puis le poste de maître de conférences. Je suis quelqu’un d’assez sociable qui aime les rapports humains. J’étais connue dans mon laboratoire et reconnue comme une doctorante pluridisciplinaire, sérieuse et ayant fait preuve d’adaptabilité. 

Pour réussir la qualification au concours, la rédaction du dossier nécessite un esprit de synthèse.

Il ne faut pas hésiter à se faire relire et conseiller par ses pairs, des collègues maîtres de conférences ou professeurs. Rédiger le dossier est un vrai travail de valorisation du doctorat et cela demande d’avoir aussi conscience de sa valeur ajoutée. Une fois la qualification réussie, pour préparer l’audition, les candidats peuvent prendre contact avec les membres des commissions, pour obtenir des conseils et se faire connaître.

Enfin, d’une façon plus générale, ne restez pas cloîtré dans votre thèse,

ne vous mettez pas des oeillères. Les Doctoriales®, par exemple, m’ont rassuré sur mes multiples capacités. J’ai également participé à l’organisation une conférence nationale pour les doctorants ce qui m’a permis de rencontrer et d’échanger avec beaucoup d’acteurs du domaine dans lequel j’exerce maintenant. Ouvrez-vous aux autres et à autre chose que votre thèse".
 


Interview réalisée en octobre 2007 par Claudine Prieur

31/10/15

Traductions :

    Contact

    Isabelle Grova (isabelle.grova @ upmc.fr)

    Département formation & carrières

    Escalier G, 2e étage

    15 rue de l'école de médecine 75006 Paris

    01 44 27 81 98