Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de formation doctorale
Collège doctoral Sorbonne Universités

Enquête IFD 2010 - Promotion Rosalind FranklinLa promotion Rosalind Franklin (2005-2006), 4 ans après la soutenance

En 2010, l'IFD a interrogé pour la troisième année consécutive les 653 docteurs de la promotion Rosalind Franklin (2005-2006) sur leur devenir professionnel, avec un taux de réponse de 77 %. Pour la première fois, cette enquête permet d'avoir des informations sur la carrière de docteurs de l'UPMC 4 ans après leur soutenance. Elle permet aussi d'avoir une image plus fine de l’insertion d’une cohorte de docteurs.

L’insertion des docteurs de la promotion 2005-2006 est excellente avec seulement 1,4 % de docteurs en recherche d’emploi 48 mois après la soutenance, soit un taux très en deçà du chômage frictionnel. L’autre élément remarquable que révèle cette enquête est l’amélioration continue de la stabilisation de l’emploi. En effet, le suivi de la promotion 2005-2006 montre qu’après trois et quatre ans post diplôme, la part d’emploi en CDI augmente de presque 30 % tandis que la part des CDD chute de 40 %.
Si nous regardons la répartition de la nature des emplois dans la recherche publique, une grande part des docteurs occupant des emplois contractuels type « post-doc » est stabilisée dans des emplois de chercheur ou enseignant-chercheur titulaire. Ce processus de stabilisation de l’emploi dans la recherche publique est cependant lent puisqu’ils sont encore 34 % à être en CDD 48 mois après la soutenance.
A la fin des « post-docs », les docteurs font le choix de s’orienter soit dans le public soit dans le privé. Nous assistons à une progression de l’entrée des docteurs en entreprise. Ce choix peut être le fruit d’une expérience acquise en recherche que le secteur privé pourrait exploiter et valoriser.
Il est étonnant de constater que cette répartition 75 % / 25 % entre public et privé rejoint exactement les souhaits recueillis par l’enquête menée lors de la journée de rentrée des doctorants de 1ère année.
Un dernier phénomène que nous apprend notre enquête est le retour d’un certain nombre de « post-docs » de l’étranger vers la France (+ 4 %). Ce gain se fait principalement grâce au retour des docteurs d’Amérique du nord et d’Europe. Ce retour en France de chercheurs ayant acquis quatre années d’expérience à l’étranger est le signe que la « fuite des cerveaux » n’est pas aussi aiguë qu’on le dit.

 

Cette enquête a été menée en janvier 2010 par Thierry Lardot et Esther Croce

08/07/16

Traductions :

    Contact

    Isabelle Grova (isabelle.grova @ upmc.fr)

    Département formation & carrières

    Escalier G, 2e étage

    15 rue de l'école de médecine 75006 Paris

    01 44 27 81 98